cra.jpg
 

L'historique de la CRÉIQ

La première organisation à avoir rassembler la communauté étudiante en génie de la province fut la Fédération des associations générales des étudiants en génie du Québec (FAGEGQ). Elle fut fondée en 1971 pour faire l'achat regroupé de l'outil à la fine pointe de la technologie de l'époque soit la calculatrice. Ayant un objectif similaire, une seconde organisation voit le jour, mais cette fois-ci, pour faire un achat regroupé du nouvel outil technologique : un micro-ordinateur. La Coalition des facultés d'ingénierie au Québec (COFIQ) est créée en 1984.

Six ans plus tard, la CoFIQ organise les premiers Jeux de Génie, une compétition où des étudiants et étudiantes sont mis à l'épreuve dans tous types de défis. Des épreuves tels que des matchs d'improvisation, du génie en herbe et la compétition de la machine où les connaissances techniques ainsi que la créativité des participants sont de mise. En 1992, l'événement des Jeux de Génie devient une organisation à part entière. Un deuxième événement d'envergure regroupe les étudiants et les étudiantes en génie du Québec : la Compétition Québécoise d'Ingénierie (CQI). Cette dernière offre des épreuves tout autant variées telles que des compétitions de conception, de design innovateur, de débat oratoire et de génie-conseil.

En 2004, la CQI, les Jeux de Génie et la CoFIQ s'unissent pour former la Confédération pour le rayonnement des étudiants en ingénierie au Québec, mieux connue aujourd'hui sous le nom de la CRÉIQ. 

 
 
Untitled-3-01.png
 

Sa mission et ses valeurs

La principale mission de la CRÉIQ est de représenter les intérêts de la communauté étudiante en ingénierie du Québec. Sa force réside dans les membres qui la composent et qui ensemble représentent plus de 23 000 étudiants et étudiantes. Les enjeux sur lesquels travaillent la CRÉIQ sont déterminés par ses membres lors de ses congrès réguliers. Des dossiers tels que la santé psychologique, le bien-être étudiant et la charge de travail font parties des préoccupations des étudiantes et étudiants en génie. De plus, la CRÉIQ veille à ce que ses deux événements majeurs, les Jeux de Génie et la Compétition Québécoise d'Ingénierie, demeurent des traditions au sein de la communauté étudiante.

Les valeurs de la CRÉIQ sont celles de la fraternité, la collaboration, la créativité et l'innovation. À l'heure actuelle, l'ingénierie fait partie intégrante du quotidien de la société que ce soit le développement d'une application intelligente, de voitures autonomes ou la conception d'une infrastructure, la profession touche de près la société.

Il faut continuer à former de futures ingénieures et de futurs ingénieurs prêts à affronter les différents défis auxquels la profession les exposent. Ceci se doit d'être fait en évoluant avec les technologies, en améliorant la qualité de l'éducation entre autres avec des méthodes d'apprentissages et du contenu adaptés aux besoins réels de la communauté étudiante. Cette réflexion doit être faite en considérant l'avis des principaux intéressés : les étudiants et les étudiantes en ingénierie.

 

 
18700483_1454779847919742_7918527243983787082_o.jpg
21740995_1560626937335032_5846057703188323274_o copy.jpg
 

Les volets de la Confédération

 

Affaires académiques

Les affaires académiques englobent les enjeux concernant la qualité de l’éducation offerte en ingénierie au Québec ainsi que les conditions d’études et de vie de ses étudiants et étudiantes. La vice-présidence aux affaires académiques s’occupe principalement d’effectuer des recherches sur ce type de dossiers. Il ou elle doit comprendre et documenter les enjeux que vivent les étudiants et les étudiantes. Cela, par différentes méthodes telles que des sondages, des revues de littérature, des entrevues, le recensement des pratiques des facultés de génie, etc.

Ensuite, il ou elle élabore des recommandations que la CRÉIQ promeut et défend pour améliorer le cursus universitaire et les conditions d’études de la communauté étudiante en génie. La rédaction d’argumentaire pour convaincre les acteurs concernés (doyens, professeurs, acteurs politiques, etc.) d’aller de l’avant avec des changements positifs fait aussi partie de son travail.


Affaires internes

Les affaires internes concernent les relations avec les associations étudiantes qui sont membres de la CRÉIQ ainsi que leurs enjeux locaux spécifiques qui sortent du cadre académique tels que les intégrations de la rentrée, les services offerts aux étudiants et étudiantes, etc. La vice-présidence aux affaires internes est celui ou celle qui maintient un lien constant entre le conseil exécutif de la CRÉIQ et les associations étudiantes qui en sont membres.

Tout autant, il ou elle soutient les associations étudiantes en ingénierie sur chaque campus au Québec dans leurs enjeux locaux et leur offre des opportunités d’échanger entre elles. Par exemple, la vice-présidence aux affaires internes de la CRÉIQ organise différentes tables d’échange ou ateliers de formation. Et il ou elle s’assure de leur fournir des outils, un réseau de contacts et des conseils. Enfin, son mandat comprend la coordination et la motivation des associations membres autour de différents enjeux qui le nécessitent à une échelle provinciale.


Affaires publiques

La vice-présidence aux affaires publiques représente les intérêts des membres de la Confédération auprès d'acteurs clés. Faire avancer les demandes étudiantes auprès de ces derniers fait partie de son mandat. Tout ceci dans l’objectif que la communauté étudiante en génie reçoive une meilleure éducation et que leurs conditions d’études soient bonifiées. Il ou elle collabore avec la vice-présidence aux affaires académiques de la CRÉIQ pour produire les argumentaires. Afin d’atteindre ses objectifs, la vice-présidence rencontre surtout des doyens et doyennes, les dirigeants et les dirigeantes de d’autres organisations étudiantes, des hommes et femmes politiques, ou encore des représentants et représentantes professoraux ou d’ordre professionnel. Son travail en est principalement un de persuasion et de suivis.

Par ailleurs, la vice-présidence aux affaires publiques s’affaire à maintenir et entretenir de nombreuses relations, préparer des recherches et élaborer des argumentaires et des discours.


Affaires institutionnelles

Les affaires institutionnelles regroupent les dossiers liés à la gestion et la gouvernance de la CRÉIQ. La vice-présidence aux finances ainsi que la vice-présidence exécutive en sont les principales responsables.

Les dossiers aux affaires institutionnelles sont nombreux et incluent les questions liées à l’organisation du travail de la CRÉIQ et la bonne tenue de ses finances. En plus de veiller au respect de ses obligations légales et de ses règlements devant être suivis autant par ses officiers que par les participants et participantes des événements de la CRÉIQ. Enfin, l’organisation et la planification des congrès de la Confédération et des séances du conseil d’administration font partie des affaires institutionnelles.

 
Untitled-1.png